Avis d’expert: Réflexions sur les enjeux techniques, culturels et juridiques de la réforme du Syscoa

Le 30 mai 2014, les autorités de l’UEMOA (Union monétaire et économique ouest africaine) ont signé le règlement d’exécution n° 05/2014/COM/UEMOA du nouveau référentiel comptable qui commande l’application obligatoire dans les pays de l’Union de ce qu’il est convenu d’appeler le Syscoa révisé. L’obligation précitée entre rétrospectivement en vigueur le 01/01/2014. Ce qui signifie que la comptabilité et les états financiers de l’exercice 2014 devront être tenus et préparés conformément au nouveau dispositif comptable.

Il est surprenant qu’en dehors d’une partie des professionnels de la comptabilité, une nouvelle régionale d’une telle importance économique, sociale et juridique pour la communauté des affaires de l’UEMOA, n’ait fait à ce jour, à notre connaissance, l’objet d’aucun traitement spécial par les journaux officiels ou privés, au Sénégal tout au moins. Et pourtant, plus que l’avènement même du Syscoa en 1998 et du Syscohada de 2001 (Ohada), la réforme susvisée est autrement plus importante, car ouvrant à l’entreprise ouest africaine les portes de la pertinence comptable et la faisant entrer dans la modernité en matière d’information économique et financière. Pour le dire autrement, le SYSCOA REVISE est supérieur à tout point de vue à ses deux prédécesseurs : il est moins conventionnel, plus réaliste et plus économique et financier. Il est donc plus utile à la communauté des entreprises, aux décisions que leurs dirigeants sont amenés à prendre et donc à l’économie régionale. Dans les lignes qui suivent sont développées les raisons qui rendent impérative l’adoption de la norme réformée.

Source : Pour courtoise INFORMATION des membres de l’ONECCA !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *